Nos lectures

Livres pour aborder l’Histoire

Et dans leur bibliotheque il y a

Pour ce nouveau rendez-vous de « Et dans leur bibliothèque il y a… » proposé par Elodie du blog Mon bazar coloré, le thème est l’Histoire. Cela tombe très bien, car je cherche justement des ouvrages pour aborder les grandes périodes historiques avec Lucas : je suis donc impatience de découvrir les sélections des autres participantes 🙂

Pour ma part, je vous propose de découvrir quatre albums pour aborder certains points de l’histoire avec des enfants de 8, 9 ans minimum. Ce sont des albums magnifiques, mais durs, par leur sujet et par la manière dont ils sont écrits.

 

20190519_091917

  • Un homme, Gilles Rapaport.

Un homme est un album qui aborde le thème de l’esclavage. Ce récit nous emmène dans les plantations d’Amérique à la fin du 17e siècle. On y découvre un esclave et ce qu’il y vit.

Le récit est écrit de façon à ce que l’on soit dans la tête de cet esclave, de cet homme. On suit ses pensées, les mauvais traitements et la douleur qu’il subit chaque jour, ses interrogations et surtout sa soif de liberté, son besoin de se sentir humain, quitte à y laisser sa vie…

20190519_09193820190519_091936

Rien ne nous est épargné dans cet album : les mots sont crus, nets, précis.
« Maix eux aussi connaîtront bientôt cet interminable voyage,
Fait de puanteur, et d’obcurité, de femmes et d’enfants violés.

Où on crève de froid, de faim, de soif et de peur.
Tu les forceras, comme moi,
A se nourrir sous la menace du fer rougi !
Et ils danseront, comme j’ai dansé, aux ordres de ton fouet !
Jusqu’à en oublier leur nom ! »

Les illustrations de Gilles Rapaport sont également très poignantes : les contours épais et noirs, les couleurs vives, le choix de ne rien cacher… Impossible de ne pas être bouleversé !

20190519_091925

On y est, on partage sa souffrance, on ressent l’injustice, et on ne ressort pas indemne de cet album.

⇒ Un homme, Gilles Rapaport, Circonflexe, à partir de 10 ans.

***

 

20190519_091832

  • Grand-Père, Gilles Rapaport.

Dans la foulée, je vous emmène dans un camp de concentration lors de la Seconde Guerre Mondiale…  Cette fois-ci, Gilles Rapaport n’a pas choisi la 1ère personne pour exprimer l’horreur de ce que vit son personnage : un jeune homme (Rapaport lui-même ?) assiste aux obsèques de son grand-père et se souvient de son histoire. Celui-ci a subi la guerre, les deux guerres même, et alors qu’il rêve de liberté, d’égalité et de fraternité, il est envoyé dans un camp de concentration.

20190519_091847

Le style de Rapaport reste le même : un texte poignant, bouleversant, qui nous emporte avec Grand-Père, dans ce camp. On partage son incompréhension, son impression d’être devenu un animal, son envie de vivre, de mourir. Les illustrations sont simples, à dominantes de noir et bleu, évoquant le froid, la douleur, la mort…

20190519_09185720190519_091901

Encore une fois, on sort de cette lecture bouleversé, ému, avec une furieuse envie de vivre !

A mon sens, les albums de Rapaport, aussi beaux soient-ils, nécessitent l’accompagnement d’un adulte. Seul, l’enfant ne peut comprendre la portée de ce qu’il lit. Ces albums peuvent par exemple faire suite à une séquence d’histoire sur ces périodes.

⇒ Grand-Père, Gilles Rapaport, Circonflexe, à partir de 10 ans.

 

***

Je vous rassure, j’ai commencé par les deux plus durs.  Les deux albums suivants évoquent aussi la Seconde Guerre Mondiale, mais avec plus de subtilité, d’un point de vue plus éloigné et avec une texte plus accessible et moins difficile à supporter.

***

20190519_092021

  • La grande peur sous les étoiles, Jo Hoestlandt, Johanna Kang.

En 1942, le Nord de la France était occupé par l’armée allemande qui l’avait envahi. Lydia et moi, Hélène, nous avions huit ans et demi, ni la guerre, ni les Allemands ne nous empêchaient d’aller à l’école, de jouer, de nous disputer et de nous réconcilier, comme toutes les autres amies du monde.
Un jour, pendant que nous jouions près d’elle, la maman de Lydia a cousu une étoile jaune sur leurs vestes.

Hélène est une vieille dame. Elle se souvient de son amie Lydia, dont elle était très proche lorsqu’elles étaient enfants. Lydia était juive. La nuit du 15 au 16 juillet 1942, les deux enfants sont seules chez les parents d’Hélène et entendent plusieurs personnes monter tour à tour dans l’immeuble et frapper à une porte en disant des phrases bien mystérieuses. Plus tard, Hélène comprendra que ces personnes étaient des juifs cherchant à se cacher. Car cette nuit-là, une rafle emportera Lydia loin d’elle, comme de nombreux autres juifs…

20190519_09210120190519_092104

Jo Hoestlandt nous raconte donc cette nuit d’horreur du point de vue d’une petite fille qui perd son amie. Le texte est accompagné des superbes illustrations tout en sobriété de Johanna Kang.

20190519_092116

⇒ La grande peur sous les étoiles, Jo Hoestlandt, Johanna Kang, Syros, à partir de 8 ans.

***

 

20190519_091946

  • Otto, Autobiographie d’un ours en peluche, Tomi Ungerer.

Otto est un ours en peluche. Il est offert à David, un petit garçon allemand. David et Oskar, son meilleur ami, joue beaucoup avec l’ours. Mais un jour, David est emmené dans un camion. Il confie donc Otto à Oskar….

Ici, c’est à travers les yeux d’une peluche que nous traversons la guerre, ses déportations, ses bombardements, l’arrivée des Américains… Le texte est plus naïf que dans les précédents albums puisque rien n’est expliqué, juste décrit selon la sensibilité d’Otto. et plus accessible aux enfants.

20190519_091959

Les illustrations sont percutantes  : le bombardement, le départ du papa soldat, la guerre… Tout est montré, avec subtilité mais réalisme.

20190519_092006

Ce classique de la littérature de jeunesse est donc un très bon ouvrage pour parler de cette période historique avec les enfants à partir de 8 ans.

⇒ Otto, Autobiographie d’un ours en peluche, Tomi Ungerer, L’école des loisirs, à partir de 8 ans.

 

***

Voici pour cette sélection sur l’Histoire. Je termine, comme à mon habitude, avec une citation extraite de l’un de ces albums, citation qui pourrait être tirée des quatre que je viens de vous présenter…

Qui suis-je ?
Quelle immportance ?
Je suis la souffrance, je suis la rage.
Je suis un homme, je suis une femme.
Je suis.
Tu ne me crois pas ?
Regarde, suis-je si différent de toi ?
N’ai-je pas, moi aussi,
Deux bras, deux jambes ?

(Un homme, Gilles Rapaport.)

 

***

Retrouvez mes précédentes participations à « Et dans leur bibliothèque il y a … »

1/ Les mamans

2/ La musique

3/ L’écologie et le développement durable

4/ L’automne

5/ L’amitié

6/ Les enfants du monde

7/ Livres avec des renards

 

3 commentaires sur “Livres pour aborder l’Histoire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s